Tests de dépistage du trouble lié aux anti-MOG associés à un taux de faux positifs de 28 %

Selon les chercheurs, le dépistage des auto-anticorps dirigés contre la glycoprotéine oligodendrocytaire de la myéline (IgG anti-MOG) dans le trouble lié aux anti-MOG (MOGAD) est associé à un taux élevé de faux positifs.

Le MOGAD est une maladie démyélinisante caractérisée par une névrite optique aiguë, une myélite et un dysfonctionnement du cerveau ou du tronc cérébral, a déclaré le Dr Elia Sechi de la clinique Mayo à Rochester, Minnesota, États-Unis.

« La positivité aux IgG anti-MOG évaluée par des tests à base de cellules vivantes est hautement spécifique et confirme le diagnostic de MOGAD lorsqu’elle s’accompagne du bon phénotype clinique », a-t-il indiqué. « Cependant, des tests non discriminatoires pour les maladies rares comme le MOGAD augmentent le risque de résultats faux positifs. »