L’utilisation de statines réduit le risque de développer un syndrome parkinsonien en fin de vie

À retenir

  • L’utilisation de statines, en particulier de puissance modérée ou élevée, est associée à un risque plus faible de syndrome parkinsonien chez les personnes âgées. Cette observation pourrait être partiellement médiée par un risque plus faible d’athérosclérose cérébrale.  

Pourquoi est-ce important

  • Des signes parkinsoniens, tels que des tremblements ou une rigidité, sont observés chez environ 50 % des adultes âgés, et sont associés à des résultats médicaux défavorables, y compris chutes, handicap, démence et mortalité.

  • Les statines peuvent jouer un rôle potentiel dans la diminution de l’ampleur du syndrome parkinsonien (2 signes parkinsoniens ou plus) au sein d’une population vieillissante.