Dégénérescence lobaire frontotemporale associée à un risque accru de maladies auto-immunes

En analysant les données de plus de 16 000 patients, des chercheurs ont apporté des informations sur le lien entre les maladies auto-immunes et la dégénérescence du lobe frontotemporal.