Facteurs déterminants de l’évolution d’une sclérose en plaques secondairement progressive à une sclérose en plaques récurrente-rémittente

À retenir

  • Comme évalué par imagerie par résonance magnétique (IRM), les lésions corticales et l’atrophie distinguent principalement la sclérose en plaques secondairement progressive (SEP-SP) de la sclérose en plaques récurrente-rémittente (SEP-RR) après 30 ans.

Pourquoi est-ce important

    Aucun biomarqueur corrélé aux taux de handicap à long terme associé à la sclérose en plaques (SEP) ou permettant de faire la distinction entre la SEP-SP et la SEP-RR n’a été identifié. Cette étude a permis d’identifier l’atteinte corticale comme un facteur déterminant du handicap et de la progression de la maladie, ce qui suggère que les lésions corticales et l’atrophie pourraient être une cible pour des futurs traitements de la SEP.