Sclérose latérale amyotrophique et maladie auto-immune

À retenir

  • Les personnes atteintes de sclérose latérale amyotrophique (SLA) étaient plus susceptibles d’avoir auparavant reçu un diagnostic de maladie auto-immune que les témoins appariés non atteints de SLA.

Pourquoi est-ce important

  • Des études antérieures ont suggéré un lien entre la SLA et de nombreuses maladies auto-immunes, notamment le diabète de type 1, la maladie cœliaque, la sclérose en plaques, la myasthénie grave, le lupus érythémateux systémique, la rectocolite ulcéro-hémorragique et d’autres maladies, l’inflammation chronique étant proposée comme facteur de lien.

  • L’étendue du chevauchement n’est pas clairement établie, et on ignore si ce lien peut être attribué à des facteurs de risque génétiques similaires sous-jacents à la SLA et aux maladies auto-immunes.

International Medical Press est un prestataire international de formation médicale indépendante. Sa mission est de fournir aux professionnels de santé des informations médicales fiables et de haute qualité dans le but d’optimiser la prise en charge des patients.

International Medical Press décline toute responsabilité concernant tout dommage aux personnes ou aux biens par négligence ou autre, ou en lien avec toute utilisation ou exploitation de toute méthode, de tout produit, de toute instruction ou de toute idée contenu(e) dans cette publication. En raison des progrès rapides dans les sciences médicales, International Medical Press recommande d’effectuer une vérification indépendante des diagnostics et dosages de médicaments. Les opinions exprimées ne reflètent pas celles d’International Medical Press ou du promoteur. International Medical Press n’assume aucune responsabilité quant au contenu du présent document.