Délire d’apparition aiguë dans les formes sévères de la COVID-19 et associations avec des micropolluants d’origine alimentaire

À retenir

  • Un sous-groupe de patients infectés par le coronavirus 19 (causant la COVID-19) est à risque de développer un type spécifique de délire associé à une réparation cérébrale imparfaite et à des facteurs liés au mode de vie avant l’infection.

Pourquoi est-ce important

  • Des analyses de neuro-imagerie et du liquide céphalorachidien (LCR) chez des patients atteints de la COVID-19 nécessitant une ventilation mécanique ont révélé une atteinte cérébrale sévère et des profils inflammatoires. Cependant, leur physiopathologie et leur interaction sont mal comprises.

  • Le lien entre l’atteinte cérébrale, le délire et des micropolluants d’origine alimentaire dans la COVID-19 pourrait potentiellement apporter des informations sur l’influence des facteurs de mode de vie pré-infection sur l’évolution des patients et ainsi compléter les informations sur les mécanismes physiopathologiques du virus.